Gratin de potiron au four halogène

Gratin de potiron au four halogène

Le gratin de potiron au four halogène fait oublier les rigueurs de l’hiver.


Gratin de potiron au four halogène

Temps de préparation : 20 minutes

Temps total de cuisson : 15 minutes

Nombre de personnes : 4

Ingrédients :
  • 700g de potiron - 2 oeufs - 2 C à S de crème fraîche épaisse - 50 g de parmesan ou de gruyère - 1 pointe de couteau de cannelle - 1 pointe de couteau de gingembre - 1 C à S d’huile d’olive - Sel, poivre
gratin de potiron au four halogène.Cuisson : 15 min à 180°C
Préparation :
• Eplucher le potiron et le couper en cubes. Faire fondre les morceaux à feu doux et à couvert, dans une casserole sans eau, saler, poivrer. Le potiron va rendre son eau, puis cuire dedans.
• Dans un plat à part, battre les oeufs en omelette.
• Au bout de 10 à 15 min de cuisson, lorsque le potiron a commencé à ramollir, monter le feu et ôter le couvercle pour laisser le jus du potiron s’évaporer.
• Lorsque le potiron est souple et fondant, le retirer du feu et écraser les morceaux à la fourchette.
• Réserver et attendre qu’il soit bien tiède.
• Mélanger le potiron et les oeufs, ajouter la crème fraîche, rectifier l’assaisonnement et ajouter les épices.
• Disposer le tout dans un plat à gratin préalablement huilé, compatible avec le diamètre inférieur du four. Saupoudrer de fromage.
• Mettre la grille basse au fond du four, poser le plat dessus. Enfourner pendant 10 à 15 min à 180°C, jusqu’à ce que le dessus soit bien gratiné.
L’astuce : Ce plat accompagne très bien les viandes un peu épicées. Nous avons choisi de le présenter avec des kefta (ou kofteh, köfte) boulettes de viande hachée, généralement du bœuf ou de l’agneau, mélangée avec des épices et des oignons, que l’on sert dans les Balkans, dans le sous-continent indien, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, notamment chez les Libanais.
gratin de potiron au four halogène1
Ceux-ci grands voyageurs et commerçants avisés, les ont introduites sur toute la côte ouest de l’Afrique. L’étymologie provient du persan «Kufta» qui veut dire «hacher». Les épices qui ont toujours parfumé les boulettes ont ainsi pris petit à petit le nom de Kefta.
Et aussi : si on opère à trop haute température les oeufs coagulent et font des grumeaux.
Bon à savoir : Le potiron (Cucurbita maxima) est une plante de la famille des Cucurbitacées (tribu des Cucurbitaceae) originaire des régions tropicales d’Amérique du Sud.
Le potiron est largement cultivé comme plante potagère pour son “fruit” comestible à maturité. Le terme désigne aussi ce fruit consommé comme “légume”. C’est l’une des cinq espèces de courges les plus couramment cultivées.
Cette espèce est originaire du sud de l’Amérique du Sud (Argentine, Uruguay, Bolivie, Chili). Elle est largement cultivée dans tous les pays chauds et tempérés.
Le potiron a été introduit en Europe et en Chine par les Portugais au XVIè siècle, comme toutes les courges, souvent confondues entre elles et même avec les gourdes (Lagenaria), déjà connues en Europe depuis l’Antiquité. C’est à Charles Naudin, aimable savant botaniste à longue barble blanche (1815 -1899) que l’on doit la distinction qu’il fit vers 1860 entre les différentes espèces, il en a dénombré une vingtaine.
Dans le langage courant, le terme de “citrouille” (courge de l’espèce Cucurbita pepo et de la sous-espèce Cucurbita pepo ssp. pepo) est plus ou moins synonyme de potiron (courge de l’espèce Cucurbita maxima). Ce sont tous deux des cucurbitacés, donc des courges :
• Le potiron est plus ou moins aplati, sa couleur va d’un orange rougeâtre au vert foncé. Son pédoncule est tendre et spongieux, cylindrique et évasé près du fruit. La chair du potiron est plus sucrée, savoureuse et moins filandreuse que celle de la citrouille.
• La citrouille est de forme ronde et de couleur orange. Son pédoncule est dur et fibreux, avec cinq côtés anguleux, sans renflement à son point d’attache. Sa chair est filandreuse. C’est elle que l’on utilise à Halloween, et aussi pour fabriquer des carosses de fées dont malheureusement, la recette s’est perdue, sauf à relire très attentivement Charles Perrault dans Cendrillon ou la Petite Pantoufle de verre (1697) ou Jacob et Wilhelm Grimm, dans Aschenputtel (1812). Honoré de Balzac, persuadé de corriger, près de deux siècles plus tard, une erreur de Perrault a imposé pantoufle de “vair”, mais il n’a pas retrouvé la recette du carosse en citrouille, c’est dire !

COMMENTAIRES (2)
Répondre

Faut-il cuire le potiron en cubes dans une casserole dans le four ? – merci

    Merci de vos encouragements,
    Le potiron se cuit sur une source de chaleur indépendante du four (gaz, plaque électrique, induction…)
    A bientôt
    Framboisye

laisser un commentaire

Comment (requis)

Vous pouvez utiliser les balises html et attributs suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Nom (requis)
E-mail (requis)

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE